Burgers Party

Bienvenue sur le blog d'un fan de burgers! Ici vous trouverez des idées recettes pour réaliser vous-même de délicieux burgers, des tests, des actus, et bien plus encore... Amateurs de malbouffe vous aussi? Venez partager vos conseils, vos idées... Sur ce blog 100% gastronomie américaine ;) Pensez aussi à visiter: www.myburger.fr

16 janvier 2007

Crousti Chicken (Quick France)

Aussitôt sorti, aussitôt testé! Aujourd'hui Quick lançait la nouvelle promo "Les Crousti", avec, côté burgers, le Crousti Cheese, le Crousti Bacon et le Crousti Chicken. Trois burgers au format long dont le nom promet une certaine croustillance.

Je décide d'aller au Drive et je choisis de commencer par celui qui m'attire le plus: le Cheese.
Une fois de retour chez moi, je découvre dans le fond de mon sac... Que j'ai reçu un Crousti Chicken à la place. Je vérifie donc mon ticket de caisse: on m'avait pourtant bien facturé un Crousti Cheese.


Bon, il va falloir que je me résigne à tester le Chicken en premier. Je sors la boîte du sac pour mieux la contempler. Une jolie boîte bleue, au design inspiré de la bande dessinée, qui attire l'oeuil sans l'irriter: belle réussite! A l'intérieur, un long-burger qui la remplit plutôt bien, avec un bun recouvert de petits éclats de je ne sais quoi, qui semblent être des "éclats" de fromage, présents en quantité significative (pas comme sur certains bun's de l'ami Ronald):


En soulevant le chapeau, on découvre également une importante quantité de sauce au poivre, ainsi que de la salade et du fromage, qui cachent une "spécialité panée de morceaux de filets de poulet" (dixit le site officiel de Quick).

En mordant dedans, deux saveurs se distinguent immédiatement: le poivre (très forte prédominance, ou ai-je mis ma boisson?) et la croustillance, qui provient plutôt du poulet que des éclats du bun. la salade Iceberg apporte une légère touche de fraicheur, mais sa saveur est masquée, tout comme celle du fromage.


Ce qu'il faut quand même souligner, c'est que ce burger n'est ni trop sec, ni trop bourratif. Une réussite quasi-totale, qui surprends agréablement. Mais décidément tellement poivré qu'il ne conviendra pas à ceux qui n'aiment pas cette épice.

Libellés : , ,

14 janvier 2007

Faire soi-même ses burgers (version 2.0)

Souvenez-vous, c'était il y a 9 mois, le 15 avril 2006. Le blog que vous êtes en train de consulter naissait, avec l'arrivée de l'article intitulé "faire soi-même ses burgers".

Une nécessaire mise à jour de cette recette s'impose, tant j'ai eu l'occasion d'expérimenter de nouvelles techniques depuis, qui ont permis d'améliorer la qualité ou la rapidité de la préparation. Mais avant de lire la suite de cet article, je vous conseille de relire la version bêta disponible tout en bas de cette page, ou en cliquant sur ce lien: http://burgersparty.blogspot.com/2006/04/faire-soi-mme-ses-burgers.html , histoire de mieux comprendre les évolutions.

Evolutions sur les ingrédients

Niveau viande tout d'abord, pas de changements, je conserve la même qualité (viande hachée fraîche, 20% de matière grasse). Par contre, Fizz, l'ami Canadien, m'a donné un truc intéressant pour faciliter la découpe des steacks à la bonne taille (après cuisson) sans se prendre la tête à former un beau rond à la main.
Souvenez-vous, dans le premier article de ce blog, je vous conseillais ceci à ce sujet:

"Faire une boule avec la viande hachée, la pétrir dans les mains, comme si c'était de la pâte à modeler... Aplatir cette boule de bidasse sur un morceau de papier sulfurisé, pour créer un steack peu épais (5 à 7mm) mais plus large que le bun's (ajouter 3 cm de diamètre) car ça rétrécit beaucoup à la cuisson. Faites ça avec amour, et veillez à ce que le disque de viande soit bien régulier!"

Et bien désormais, munissez-vous d'une cloche à CD vierges vide. Prenez la partie supérieure de celle-ci, et cassez ou coupez les ergots qui permettaient de l'emboiter dans la partie inférieure de cet emballage (pour que les bords soient bien ronds). Percez un petit trou avec la pointe d'un ciseau dans le dessus (pour permettre de chassez l'air sinon son application sur le steack sera difficile). Cette astuce est valable pour les bun's de taille standard, pas les géants car les steacks seraient trop petits.

Pour utiliser l'engin, aplatissez la boule de viande sur une surface légèrement supérieure à celle de la cloche, toujours sur du papier sulfurisé. Appliquez ensuite la cloche en son centre et appuyez légèrement pour la faire pénetrer dans la viande jusqu'au papier:

Il suffit ensuite de retirer la viande qui dépasse de la cloche, en la séparant avec les doigts ou la lame d'un couteau:


Pour finir, retirez la cloche, et vous obtenez un beau steack tout rond, facile à décoller de la feuille de papier, et à empiler en intercalant bien une feuille de papier sulfurisé (ou papier cuisson) entre chaque steack. Vous pouvez également congeler, dans une boîte hermétique, les steacks que vous aurez en trop sans aucun souci, le goût restera le même! Avec cette astuce, j'obtiens des steacks de 80g (à plus ou moins 5g).


Niveau Bun's par contre, j'ai troqué la marque Harry's (qui est trop sèche et trop friable) pour la marque Jacquet (si tant est que le magasin en propose, je suis bien souvent obligé d'aller en Belgique pour en trouver) car ils sont plus tendres. De plus, on trouve également, chez Jacquet, des bun's de taille "geants", pour réaliser des burgers plus gourmands.


Pour les tomates (tomate "à farcir" coupée en fines tranches), la salade (laitue Iceberg coupée en fines lamelles) et les cornichons (cornichons "spécial hamburgers"), pas de changement non plus. Par contre, pour les oignons, j'achète de préférence des oignons blancs (pas toujours évident à trouver) car ceux-ci ont plus de goût. Conséquence: il faut en mettre moins pour une saveur identique, ce qui permet de ne pas surcharger le burger.

J'ai également tendance à hacher moins finement qu'avant les oignons, histoire qu'on en perçoive mieux le craquement sous la dent!

Le changement le plus important concerne le fromage: exit la "toastinette" à base de fromage fondu, et bonjour le VRAI fromage. Le fait de mettre du VRAI Cheddar dans le burger change radicalement le goût de celui-ci, on obtiens alors quelquechose de grandiose.

Par contre, trouver du vrai Cheddar en tranches dans les supermarchés en France n'est pas chose aisée. Seule solution que j'ai trouvé: aller en Belgique! Vous trouverez dans les magasins Carrefour Belges du délicieux Cheddar Irlandais Fermier en tranches, prêtes à fondre sur votre steack (pour environ 2,20€ les 5):

Autre solution, mais toujours en Belgique: aller dans un magasin Delhaize, vous y trouverez également du Cheddar Irlandais en tranches, et aussi de l'Emmental Français pour varier les plaisirs:


Il suffira de découper ces tranches en carrés à l'aide d'un couteau, pour que leur taille soit mieux adaptée à celle d'un bun's:

Ne jetez pas les chutes trop étroites ce précieux fromage, utilisez-les quand même en les mettant dans le burger deux par deux, l'une à côté de l'autre, pour simuler une forme carrée (une fois fondu, on ne voit plus la différence).
Si vous habitez trop loin de la Belgique, et que vous ne parvenez pas à vous procurer du bon Cheddar Irlandais, vous pouvez vous rabattre sur le Cheddar industriel proposé dans les magasins discount "ED":

Avec ce produit, je pensais au départ avoir trouvé la bonne affaire, mais il faut bien reconnaitre que ce fromage, fabriqué dans une usine géante dans le Pas-de-Calais (la fromagerie Le Centurion) n'est pas terrible: très friable, les tranches ne se séparent pas facilement les unes des autres, et il ne fond pas facilement sur les steacks par rapport à son cousin le Cheddar "Fermier". Mais c'est quand même mieux qu'une "Toastinette au Cheddar" qui ne contient même pas 30% de Cheddar!

Enfin, niveau sauces, j'ai découvert le clone maison de la célèbre sauce "Big Mac" (voir cet article: http://burgersparty.blogspot.com/2006/06/fabriquer-soi-mme-de-la-sauce-style.html . Mes autres sauces préférées sont la sauce Curry de la gamme OhOuizz de Bénédicta (oubliez la sauce Hamburgers de cette gamme, elle n'est vraiment pas terrible à côté des autres), ainsi que la sauce Barbecue Amora.

Evolutions sur le matériel de cuisine

Maintenant que les ingrédients sont réunis, il faut préparer les burgers. D'ailleurs, nombreux sont mes amis qui aiment que j'organise une "burgers party". Pour cela, du matériel adapté s'impose, car plus ils sont nombreux, plus il est difficile de les servir efficacement et rapidement.

Pour donner un côté un peu plus "fast-food" à la préparation et à la présentation, j'ai décider d'abandonner la traditionelle poële pour la remplacer par une "Plancha Malaga" de Tefal. Cet appareil électrique est composé d'une plaque lisse et anti-adhésive, qui est légèrement en pente pour que la graisse issue de la cuisson des steacks s'écoule dans le petit bac beige situé à l'avant:


Sur le côté, un thermostat permet de choisir la température de cuisson. Après plusieurs essais, il s'avère que celui-ci doit être réglé entre 3 et 4 (sur 6) pour ne pas risquer de brûler les bun's et les steacks. Avec cet appareil, il est possible de cuire 2 ou 3 steacks et 2 bun's ouverts en même temps. Une fois la Burgers Party terminée, le thermostat est amovible, il suffit alors de le déconnecter et de mettre la Plancha directement dans le lave-vaisselle ou de la plonger dans l'évier pour la nettoyer.

Pour la cuisson des accompagnements, deux friteuses s'imposaient: une pour les frites et les potatoes (la bonne vieille "bassine à frites" émaillée, remplie de gras de boeuf de marque "Blanc de Boeuf"), et une petite friteuse électrique remplie de graisse végétale (Vegétaline) pour la cuisson des Oinions Rings (car le goût d'oignons aromatise rapidement et fortement la matière grasse). Pour plus d'informations sur la recette des Oinions Rings, lisez cet article: http://burgersparty.blogspot.com/2006/05/faire-soi-mme-des-onion-rings.html.

Enfin, une pompe à sauce pour doser avec précision la sauce artisanale "Big Mac" (la plus demandée par les invités d'une Burgers Party) peut rendre de grands services. Le catalogue "La Vitrine Magique" proposait cet été sur Internet cet accessoire pour le prix dérisoire de 3€50 environ. Malheuresement ils ont semble-t-il arrêté de la commercialiser (www.vitrinemagique.com). Il s'agit d'une petite pompe qui se fixe sur la plupart des bocaux de sauce vide (mayonnaise ou moutarde par exemple), et qui est réutilisable et lavable:

Voilà pour le matériel de cuisine. Reste à améliorer le service et la présentation pour les invités.

Evolutions sur le matériel de service

Une Burger Party étant l'occasion de réaliser des burgers maison, la personnalisation devient possible. Pour cela, rien de tel que de permettre aux invités de choisir, parmi la liste complète des ingrédients du frigo, ceux qu'ils veulent voir figurer dans leur burger, ainsi que les accompagnements et le soda qui va avec.

Mais pour ne rien oublier lors du rush, j'ai imaginé et créé des "menus" sur lesquelles chaque invité peut cocher ses ingrédients et options, sans oublier de marquer son prénom...



Cette carte est celle qui a été utilisée lors de la dernière Burgers Party. vous pouvez la télécharger en grand format (jpg) en cliquant ici: http://fgboy.free.fr/images/carteburgers.jpg . Bien entendu, en fonction des Burgers Party (et du nombre de gens conviés), je la modifie pour l'adapter aux ingrédients disponibles.

Autre détail important pour le côté Fast-Food, il faut servir des burgers dans un emballage adapté. Pour cela, rien de tel que des boîtes en polystirène, difficile à se procurer, mais que la gérante du MegaBurger (fast-food indépendant à Hazebrouck) a bien voulu me fournir (voir cet article: http://burgersparty.blogspot.com/2007/01/megaburger-indpendant-hazebrouck.html pour plus d'infos).


Un petit logo, crée avec un logiciel de dessin/retouche photo, imprimé sur papier autocollant et collé sur ces emballages, donne tout de suite un petit air "pro" et personnalisé à ces boîtes.

Il faut également servir les boissons dans des gobelets, et non des verres. Pour cela, c'est en me rendant chez Auchan, rayon vaisselle jetable, que j'ai déniché ce lot de 6 gobelets Coca-Cola, accompagné de 6 pailles emballées individuellement:

Un peu cher pour du jetable (3,30€ le lot, il me semble), mais quand on veut bien faire, il faut s'en donner les moyens.

Passons maintenant aux sauces pour les accompagnements. La première solution consiste à poser au centre de la table un flacon de mayonnaise et un de ketchup pour que les gens se servent. Mais en me rendant dans une petite superette indépendante à la frontière Belge, (au départ pour y acheter l'indispensable soda "DrPepper", j'a découvert ceci en bas du rayon dédié aux sauces:
Je me suis dit "ouah, génial", de la mayonnaise Heinz (non disponible en France) et du kechup, en petites barquettes individuelles, comme au fast-food! Le tout pour 1,50€ la barquette de 10!

Il ne manquait plus qu'un seul accessoire indispensable: les plateaux. C'est en me rendant à Cora, pour acheter des barquettes en alu (pour présenter les frites, j'ai choisi des barquettes jetables de 0,5 litres destinées initialement aux cuissons au four) que je suis tombé sur ça:

Trop cool, des plateaux de fast-food solides, en résine! un emplacement pour la paille (à gauche), un emplacement carré pour le burger, un emplacement rectangulaire pour la barquette de frites, deux emplacements rectangulaires pour le dessert et les sauces, et un emplacement avec une encoche ronde pour la boisson! Il en restait 6, à 2,50€ pièce, je les ai tous pris!

Bien maintenant que tout le matériel est rassemblé, il ne reste plus qu'à organiser la cuisine (toute petite chez moi). A gauche, le stand fritures, avec les deux friteuses, qui sera tenu par Stephane, pendant que je serai à droite au stand grill. Les plateaux seront assemblés au dessus de l'évier, transformé en laboratoire ou tous les ingrédients sont à disposition (sauces, légumes...)


Le grand rush

Tout est prêt? Ingrédients OK? matériel OK? équipiers OK? commandes OK? C'est parti! Faites chauffer les friteuses et le grill et c'est parti pour le premier plateau!

Pour assembler la première commande, Steph lit sur la feuille-menu l'accompagnement choisi, et le fait frire.

Pendant ce temps, sur la plaque préchauffée, je dispose le ou les steacks (burger simple ou burger double) pendant deux minutes pour la première face (j'en profite pour les saler légèrement). Puis je les retourne avec une spatule, en les recouvrant immédiatement d'une tranche du fromage choisi (ou de 2 demi-tranches pour utiliser les découpes obtenues par le fait que les tranches n'étaient pas carrées au départ). Je dispose également dans la foulée les faces internes des deux parties du bun's contre la plaque (les steacks à gauche, les bun's à droite, toujours), pendant environ 3 minutes, le temps que le fromage fonde bien et que les bun's grillent légèrement.

Ensuite, Steph sort ce qu'il a fait frire et le met dans la barquette en alu, avec un peu de sel, puis remplit le gobelet de boisson avec des glaçons. Il ajoute également le déssert (ce jour là, donut chocolat ou glace Haägen Dasz). Tout cela est disposé sur le plateau.

Quand à moi, j'assemble le burger, en partant du haut, par exemple: je place le bun supérieur dans le couvercle de la boîte, j'ajoute une dose de sauce dessus, puis les oignons, la salade, la rondelle de tomate. Je viens placer le steack, à l'envers, face fromage contre tomate, les cornichons, et le bun's inférieur. Je ferme la boîte (le dessous se retrouve au dessus) puis je la retourne d'un geste ferme pour la mettre dans le bon sens. Je la place ensuite sur le plateau.

Ajoutons une paille, une serviette et la mayo/ketchup, et voilà le travail:


Il n'y a plus qu'à tendre le plateau au convive, en espérant qu'il se régalera. En gros, avec ce système, une commande est servie toutes les 7 minutes, difficile de faire moins avec cette configuration.


Bon appétit! (remarquez la présence sur le même plateau individuel de 2 burgers et 2 barquettes d'accompagnements: nous nous sommes explosé le ventre ce soir là, expérience à ne pas reproduire chez vous, du moins pas trop souvent, un seul burger et une seule portion de frites, c'est bien suffisant...).

Libellés : , , ,

05 janvier 2007

Nouveau blog sur la "Junk Food"

Il y a quelques jours, un internaute a crée un blog dont le thème choisi est la "malbouffe", mais au sens plus large qui'ici puisque les pizzas et autres sodas sont pris en compte.

Il s'agit du blog intitulé "Junk Food", que vous pouvez visiter à l'adresse suivante:
http://junkfood.over-blog.net


A noter que, pour l'instant, les articles de ce blog sont plutôt orientés "actualités enseignes et produits", sans forcément avoir été testés et chroniqués.

Libellés : ,

04 janvier 2007

MegaBurger (indépendant à Hazebrouck)

MegaBurger? C'est quoi, c'est où?

Dans la petite ville d'Hazebrouck (environ 20.000 habitants) , située dans le Nord à une trentaine de kilomètres de chez moi, se trouve une enseigne indépendante qui, comme son nom l'indique, fait des burgers: le MegaBurger!


Ce petit fast-food existe depuis un bout de temps, j'en connaissais l'existance depuis plusieurs années déjà, mais je n'avais jamais eu l'occasion d'y aller! Il fallait absolument que je répare cette omission. J'ai profité d'une envie de changement, liée à un passage chez les parents de Stéphane (qui habitent plus près d'Hazebrouck que moi) pour y aller, un dimanche soir pluvieux de début décembre (02/12/2006).

Ce restaurant est situé sur le parking du supermarché Intermarché. Facile à trouver, il se trouve à 500m du centre commercial Carrefour (ou il y a aussi un McDonald's), de continuer 500m vers le centre ville, et vous tombez sur Intermarché, contre lequel le MegaBurger est accolé.

En arrivant sur le parking, je constate que le restaurant a bien changé, avant c'était un grand rectangle qui dépassait nettement du bâtiment (avec un drive sue la face située le long du parking, agencé comme un McDonald's par exemple). Mais une rénovation apparemment récente et en profondeur de l'Intermarché a entrainé de profondes modifications de l'architecture. Le bâtiment MegaBurger semble maintenant "semi encastré" mais une fenêtre, faisant office de Drive et donnant sur la cuisine (à gauche) a été conservée...



Dommage qu'il faisait nuit, la photo est sombre (on voit quand même bien Stéphane, préssé que je tire cette photo pour aller se rassasier de burger dont on espère qu'ils seront bons!).

Entrons dans cet endroit, qui semble cependant bien désert... Lorsque nous poussons la porte, nous découvrons avec stupéfaction que cet endroit n'est pas seulement un fast-food, mais dispose également d'un bar traditionnel (devant lequel 2 clients sont affalés) et... fait aussi marchand de presse/journaux!!! Pratique pour acheter son Télé Z le dimanche soir quand on s'ennuie et qu'on veut lire des blagues divertissantes!

A gauche du comptoir (qui est divisé en deux parties: à droite le bar, à gauche près de la sortie la partie fast-food) se trouvent accrochés les menus:



Les hamburgers sont à gauche, on trouve un choix classique rappelant celui proposé par les autres fast-foods dans les années 80. Les noms sont précédés du préfixe "Mega" pour les modèles doubles: "MegaBurger" (= la référence), "MegaCheese" et "MegaBacon" + les classiques Hamburgers et Cheeseburgers... Il y en a un ou deux autres dont je ne me rapelle plus le nom... Mais ce fast-food propose aussi bien d'autres choix que les burgers: les "spécialités" (vol-au-vent, carbonnades flamandes, spaghettis bolo, etc...), les sandwichs, les "américains" (note: pour ceux qui ne sont pas de la région, un américain est une demi-baguette dans laquelle on met des frites et une viande au choix telle que merguez, pâté, frikandelle, etc...) et enfin (mais on ne voit pas sur la photo): des pizzas!

Juste à droite de ces menus, on trouve donc le comptoir, avec la caisse enregistreuse avec, juste derrière, la fontaine à soda et une ouverture assez restreinte dans le mur, sur laquelle se trouve un petit "bin" (endroit dans lequel les burgers en attente sont maintenus au chaud) et qui donne sur la cuisine:


Et ques-ce qu'on mange?


Je décide de commander un menu "MegaBurger", composé comme attendu d'un MegaBurger, d'une frite moyenne, d'un soda 40cl et d'une sauce au choix (les sodas disponibles sont les classiques Coke, Fanta, Sprite... Stéphane commande le même menu mais avec un "MegaCheese".

La serveuse (qui s'avère être également la dirigeante de l'établissement) nous sert notre boisson (dans un gobelet générique dont le design n'a aucun rapport direct avec l'enseigne) et envoie la commande en cuisine, et nous facture le tout... 11€! Ce qui fait le menu avec double burger à 5,50€ seulement!


Nous nous installons à une table (nous choisissons la table la plus éloignée pour avoir une vue "panoramique" sur l'endroit) et, en attendant que la serveuse nous apporte notre plateau, nous pouvons siroter notre boisson pendant ce temps là.


Sur la photo, on voit bien la partie "bar", et, au fond, on aperçoit la partie "fast-food". Ce qu'on ne peut pas voir par contre, c'est la partie "marchand de journaux" dont l'entrée se situe entre le bar et l'angle du mur marron qui se trouve à droite de la photo. A ma droite, une surface vitrée donne une vue sur la rangée de caisses de l'Intermarché (à moins de 5m de nous!), mais le magasin étant fermé, on ne voit pas grand chose.

Quelques minutes plus tard, nos plateaux arrivent:


Des frites larges, ayant l'apparence de frites fraîches servies dans une barquette, un petit pot de mayonnaise, et une mystérieuse boîte en polystirène jaune, le tout sur un plateau "générique".

Je commence par les frites. Elle sont bonnes, et très croustillantes, comme dans une vraie friterie. La mayonnaise est de bonne qualité, et, tout comme les frites, a un bon petit goût de "friterie Belge".

Pendant ce temps, j'observe la boîte en polystirène en me disant "une boîte anonyme, qui garde bien la chleur, comme celles qu'on trouvait dans tous les fast-foods il y a quelques années, si je réussissait à en trouver des comme ça, je pourrai épater mes amis lorsque je les invite à une Burgers Party". J'ai d'ailleurs cherché récemment à en trouver, mais sur Internet je n'ai trouvé qu'un fournisseur qui les vends par lot de 1000 et, près de chez moi, le magasin d'emballages pour collectivités et restaurants n'en vends pas. Si seulement je réussissais à m'en procurer... En demander à la patronne de ce restau? On verra après le repas mais ça m'etonnerait...

Bon, c'est pas tout ça, mais même dans une telle boîte, il finira par refroidir ce burger. Ouvrons cette boîte et voyons ce qu'il a dans le bun's...

Ce burger ressemble un peu à un burger maison, rien à voir avec les burgers de fast-food, et celui-ci a été préparé à la commande. On retrouve donc un classique bun's au sésame, mais le peu de graines sur le dessus laisse à penser qu'il ne s'agit pas d'un classique "Harry's" ou "Jacquet" que l'on trouve les hypermarchés. Par contre, le cuisinier qui a préparé nos burgers à du oublier les chapeaux de ces bun's un peu trop longtemps sur la plaque chauffante, car on découvrira en les soulevant qu'ils sont carrément noircis!





On trouve également de la sauce sur les deux parties du bun's, mais je n'ai pas su la reconnaitre. Quelquechose de très crèmeux, légèrement relevé au poivre ou à la moutarde. Bref, une sauce "exclusive". De la salade (laitue standard), de la tomate, des oignons, du fromage (2 classiques "toastinettes") et 2 steacks hachés un peu trop petits par rapport au bun's, mais très fins (des steacks spéciaux, peut-être moulés manuellement comme à la maison...).


En mordant dedans, on se retrouve envahi par deux saveurs incompatibles: d'un côté le fort goût de brûlé mais paradoxalement caramélisé du bun's (celui-ci doit contenir du sucre) et de l'autre le fondant intense de la viande, du fromage et de la sauce, qui feraient de ce burger un excellent choix si notre exemplaire n'avait pas malheuresement été trop cuit. Mais comme je pense qu'il s'agissait d'un incident, je retesterai pour voir si c'est meilleur à l'occasion!

Bref, j'ai trouvé que ce repas présentait un excellent rapport qualité/prix, et je recommande à toute personne passant par là d'aller y faire un tour!


Bonus

Une fois mon repas fini, je vide mon plateau dans la poubelle en hésitant à demander à la patronne de l'endroit pour les boîtes à burgers. Finalement, je trouve le courage de m'approcher du comptoir (je me suis dit "l'endroit est désert, et j'ai toutes les chances, en ayant affaire directement à la responsable de cet entreprise indépendante, d'obtenir une réponse à ma question, c'est le moment ou jamais!") en lui disant "Ma demande va peut-être vous sembler un peu farfelue, mais je cuisine souvent des burgers chez moi, et j'ai toujours voulu les servir dans des boîtes comme les vôtres. Je suis prêt à vous les racheter si vous pouvez m'en fournir".

Elle me répondit "bien sûr, il vous en faut combien?" Un grand sourire s'affiche sur mon visage :-)) Je m'étais dit de ne pas dépenser plus de 10€ pour ce genre d'achat, en imaginant que ces accessoires ne valent pas très cher, j'avais imaginé un maximum de 0,50€/boîte en prenant en compte qu'elle pourrait faire de la marge dessus. Je lui demande donc 20 boîtes pour être sûr de ne pas dépasser le budget, tout en ayant aucune idée de savoir si elle en aurait assez d'avance en stock...

Elle se rends alors en cuisine, sans doute pour regarder le stocks ou pour demander au cuisinier de lui en sortir, mais revient les mains vides en me demandant "vous en voulez des blanches ou des jaunes?"... Je lui réponds (ne sachant pas quoi choisir), que je prendrai bien un mix (10 de chaque).
Elle revient avec les boîtes neuves et sors son classeur de factures et sa calculette pour regarder le prix d'achat. Je lui dit "vous pouvez prendre une marge si vous voulez", elle continue son calcul sans me répondre, puis tape la vente à la caisse enregistreuse en me disant "ça fera 2€!"... "2€ seulement? Pas cher du tout!" Je règle alors la somme sans hésiter!

Stéphane se met à avoir envie de lui parler à son tour, il entame alors la conversation, qui dévie en une véritable interview au cours de laquelle nous apprenons notamment que le restaurant a rouvert en février 2006 (après rénovation), que la partie "fast-food" reprends doucement, car ce n'est plus l'activité principale, mais qu'elle aura prochainement des boîtes bleues et vertes quand les ventes augmenteront (elle les commande par lot de 500), et qu'à l'origine le MegaBurger avait ouvert la même année (1995) que le McDonald's tout proche (j'aurai pensé qu'il avait ouvert bien avant).

Ravi de ces renseignements, je repars content avec mes boîtes vides en pensant déjà à l'effet qu'elles produiront lors de ma prochaine Burgers Party entre amis, et en pardonnant sans problème le coup des bun's crâmés!

Libellés : , , , ,

01 janvier 2007

Suprême Giant (Quick France)

Pour cette opération spéciale de fin d'année, jusqu'au 7 janvier 2007, Quick a choisi de reprendre une recette exitante plutôt que d'innover en proposant le "Suprême Giant", qui reprends les mêmes ingrédients que son petit frère emblematique de la marque (le "Giant"), mais en plus grand (le tout pour environ 4€).

Pour en faire la promo, Quick a choisi d'utiliser des codes et des couleurs traditionnelement liés à l'univers du luxe, sur les affiches, les emballages, les sets de plateaux, etc...


Une boîte noire, des lettres dorées, logo "SG" faisant immédiatement penser à une marque de vêtements et accessoires Italienne... Vraiment luxueux pour un burger de fast-food, espérons qu'il sera gustativement à la hauteur de nos attentes!


Vu sous cet angle, ce burger s'annonce très prometteur. Bun's lisse sans sésame, mais beaucoup plus large que d'habitude, salade qui dépasse légèrement mais de tous les côtés, tranche de fromage bien positionnée et bien fondue... Ca donne déjà envie!

Soulevons tout de même le bun's supérieur histoire de vérifier que rien ne manque avant de croquer dedans:


Oh, la mauvaise surprise vient des steacks! Sur les affiches de cette promo, on peut voir des steacks qui font exactement le même diamètre que les bun's, alors qu'ici on dirait plutôt des steacks "standards" (bien qu'un peu plus épais quand même) superposés en décalage pour créer l'illusion d'occuper toute la surface! Dommage pour ce point car tout le reste était très alléchant: plus de salade et d'oignons, plus de sauce, plus de fromage, dans un pain plus grand: miaaam!


En mordant dedans, on retrouve parfaitement le goût du Giant qui n'est absolument pas dénaturé! (Contrairement au MegaMac par exemple, qui est le cousin du BigMac dans lequel on ajoute uniquement des steacks et dont le goût prédominant devient donc celui de la viande). Je trouve même qu'il est plus moëlleux, plus fondant que son petit frère! Je le déguste donc jusqu'à la dernière bouchée en me disant "voilà ce qui manquait au Giant, ils devraient le mettre en permanent, comme ça l'effet XL ce serait plus uniquement sur les frites et la boisson, mais aussi sur le burger!".
Bref, cette adaptation d'un grand classique reste une valeur sûre qui, bien que n'apportant pas de grande innovation, plaira au plus grand nombre, malgré son prix élevé et la mauvaise surprise concernant la taille des steacks!

Libellés : , ,